Je n’ai jamais été scout. Pas que ça ne m’aurait pas plu, j’ai beaucoup fait de randonnée et de camping, j’étais passionné de cabanes et d’aventure étant petit, mais je le faisais entre amis et en famille, pas chez les scouts.

Bon, vous n’en avez pas grand-chose à faire. Si je parle de scouts, c’est parce que je discutais récemment avec un de mes amis qui en fait partie, et qui m’a présenté la vision scout de la gestion de projet.

Cet ami appelle ça « La boucle du projet », et ça se présente comme ça.

La boucle du projet

C’est plutôt simple en fait.

On commence par susciter, c’est-à-dire définir les orientations, les grandes lignes du projet. Ça commence généralement par un brainstorming. Il s’agit de jeter sur la table toutes les idées possibles, pertinentes ou non, sans discrimination.

On fait le tri durant la deuxième étape : choisir. Une fois le monceau d’idées sur la table, on sélectionne. On choisit celles que l’on veut garder, bref, on définit le projet plus clairement. Le but à cette étape est d’arriver à une description écrite claire du projet telle qu’il pourra être présenté aux personnes extérieures sans problème.

Mais il ne suffit pas d’avoir un projet pour qu’il se réalise ! C’est l’objet des deux étapes suivantes.

On commence par organiser, c’est-à-dire prévoir quelles seront les étapes à suivre, les passages obligatoires, les ressources et compétences nécessaires, puis passer (par exemple), à un retro-planning ! On répartit les tâches à la fois dans le temps et dans l’équipe, on se fixe des délais, et on peut passer à la réalisation.

Alors là, pas grand-chose à dire : on suit le plan, on prend les imprévus (ne vous prenez pas pour Nostradamus, il y en aura toujours !) avec bonhommie, on les intègre au mieux dans le plan, et on continue !

Dernière étape, et mon ami a bien insisté là-dessus : il est important de fêter la fin d’un projet. Cela marque sa fin et permet de passer à autre chose. De plus, il vous faut absolument faire un bilan moral. Enfin moral… Disons un bilan. Définissez ce qui a bien marché, ce qui a moins bien marché, ce qui aurait pu être amélioré, et ce dans tous les domaines : gestion du temps, de l’équipe, logistique… N’épargnez rien et soyez objectifs ! Le succès de vos projets futurs en dépend !

Il ne vous reste plus qu’à utiliser ce bilan pour évoluer, et transformer le cercle en spirale de plus en plus large, pour des projets de plus en plus réussis.

Oui, c’est plutôt basique, mais j’ai trouvé intéressant de voir de la gestion de projet intégrée là où je ne m’y attendais pas. Et de bons rappels ne font jamais de mal !