Scroll to Content

Nombreuses sont les entreprises (déjà établies ou naissantes) qui pour des besoins inhérents à leur activité, se retrouvent à effectuer une demande de financement. Elle est en général adressée aux institutions financières, dans le but de bénéficier d’un crédit d’ordre professionnel, afin de subventionner la création ou le développement de sa société. Si peu d’entre elles parviennent à l’acquérir, c’est parce que négocier un emprunt reste une tâche difficile. Toutefois, voici quelques recommandations qui vous permettront de faire partir des élus, qui obtiennent un financement pour leur entreprise.

Clairement définir les besoins de financement pour son entreprise

Durant son cycle de vie, une société peut faire face à de nombreux besoins. Ces derniers peuvent se révéler très variés, allant du simple besoin de trésorerie (pour rembourser des dettes aux fournisseurs ou servir de fonds de roulement), à des fins plus spécifiques (acquisition de compétences, de biens matériels ou immobiliers). Puisqu’il s’agit d’un prêt affecté, identifier le nécessaire est primordial pour un financement professionnel. Et pour y prétendre, les besoins à satisfaire doivent :

  • être indispensables au fonctionnement de l’entreprise ;
  • participer à sa croissance économique ;
  • se révéler rentabilisables à moyen et long terme ;
  • s’avérer conformes à votre cœur de métier.

De plus, orienter sa demande de financement à l’attention des établissements financiers sera d’autant plus facile que claire sera la vision de l’entreprise quant à ses besoins. De cette manière, elle aura plus de chances de négocier un bon crédit professionnel, pour financer son entreprise, voir ce site pour plus d’infos.

Se diriger vers les sources de financement appropriées à vos besoins

S’il existe une multitude de besoins de financement d’entreprise, les sources de crédit possibles pour les satisfaire sont d’autant plus variées. Différents types de crédits professionnels sont dédiés à cet effet, à savoir :

  • le prêt professionnel classique ;
  • l’affacturage (l’établissement financier avance à la société le montant d’une facture et se charge du recouvrement de la créance auprès du client) ;
  • le leasing (contrat de crédit-bail à durée déterminée où l’entreprise devient locataire des biens que lui aura achetés l’établissement financier grâce au crédit accordé) ;
  • la facilité de caisse (l’entreprise obtient un financement sous la forme d’un découvert bancaire pour combler ses besoins de trésorerie à court terme) ;
  • le crowdlending (financer son entreprise grâce à un crédit participatif).

Même si certains types de prêts peuvent sembler plus avantageux, s’orienter vers le plus approprié pour sa situation augmente ses chances de l’obtenir. Et si elles se montrent disponibles dans de nombreux établissements financiers, votre choix doit cependant se porter sur ceux à forte capacité pécuniaire comme les banques, qu’elles proposent leurs services en agence ou en ligne.

Convaincre l’établissement bancaire dès la demande de financement

Une fois les besoins de l’entreprise identifiés et la recherche de financement professionnel affinée, elle devra faire parvenir sa demande aux établissements de son choix. Dès lors, cette dernière devra faire bonne impression, par sa qualité avenante et sa composition irréprochable. Les éléments constitutifs varient suivant l’étape à laquelle se trouve l’entreprise dans son cycle de vie et aussi de ses besoins. Il peut donc contenir :

  • un business plan, soigné et très élaboré, qui reflète les ambitions et les perspectives d’évolution de la société ;
  • un business model, représentatif de son organisation économique ;
  • l’extrait Kbis ou plutôt sa carte d’identité en tant que personne morale ;
  • un devis détaillé qui se rapporte à l’investissement souhaité ;
  • un plan de financement convaincant quant à la manière dont elle compte exploiter le prêt une fois octroyé ;
  • les garanties qu’elle est prête à fournir.

Ensemble, ces éléments devront donc constituer tout le nécessaire dont l’établissement financier a besoin pour se rassurer quant aux capacités de l’entreprise, à utiliser de façon optimale le prêt qui lui sera accordé et surtout, à rembourser sa dette.

Mener l’entretien de sorte à obtenir un financement avec des conditions favorables

Outre le fait d’avoir constitué une demande convaincante, vous aurez à la défendre lors d’un entretien organisé à cet effet. Ainsi, vous devrez passer maitre dans l’art de la négociation, afin de :

  • démontrer votre maitrise du dossier constitué ;
  • persuader votre interlocuteur de la pérennité de votre entreprise, de la rentabilité de l’investissement que vous demandez et de la garantie du remboursement, par un argumentaire bien ficelé.

Afin de bénéficier de ce prêt en or, vous devrez donc prendre du temps pour vous former à la négociation bancaire. Vous n’en serez que plus préparé aux différentes éventualités et saurez réagir en conséquence. De plus, jouer la carte de la concurrence peut se révéler très bénéfique, afin d’acquérir un financement professionnel avec les meilleures conditions possibles, concernant :

  • les garanties déposées ;
  • le taux d’intérêt du prêt ;
  • l’échéancier de remboursement.

Faire appel à un courtier en prêt professionnel peut se révéler avantageux

Le courtier en financement d’entreprise est un professionnel spécialiste du marché financier, qui a fait de la négociation des crédits aux sociétés son cœur de métier. Puisqu’il connait les différents secteurs d’activités ainsi que les critères décisionnels des organismes financiers, il est à même de vous conseiller, quant à la constitution de votre demande et les sources possibles de financement auxquelles l’adresser. Outre son expérience dans la négociation, vous profiterez également de sa relation de confiance avec de nombreuses institutions financières. Cela augmente considérablement les chances d’obtenir un crédit pour financer son entreprise, et ce, avec les meilleures conditions. De plus, vous n’avez aucune inquiétude à avoir quant à ses honoraires. Puisque, qu’importe les frais engagés, ils ne pourront être dus, qu’une fois le prêt octroyé !