Scroll to Content

Depuis plusieurs années, de nouvelles formes de travail ont fait leur apparition dans le Code du Travail. Parmi celles-ci figure notamment le portage salarial. De quoi s’agit-il ? À qui s’adresse-t-il ? Quels en sont les avantages ?

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Cette forme de travail fait intervenir trois acteurs liés par un contrat. Le salarié « porté », l’entreprise ayant recours à ses services et une société de portage. Cette dernière sera chargée de verser le salaire au consultant après avoir facturé l’entreprise cliente. Elle assiste également le salarié en lui facilitant les démarches administratives ou en lui proposant un accompagnement sur mesure.

Bien sûr, cette forme de travail ne correspond pas à tout type de métier. Il concerne avant tout les consultants possédant une expertise reconnue sur des domaines très particuliers. Ce statut est particulièrement présent dans le secteur des nouvelles technologies.

Il existe de nombreuses sociétés de portage salarial. Parmi les plus performantes figure notamment la société Cegelem. Pour mieux connaître ce qu’elle propose, rendez-vous sur www.cegelem.fr.

Comment le mettre en place ?

Il faut tout d’abord que le consultant trouve une mission correspondant à ses compétences. Dès lors, il peut prendre contact avec une société de portage. S’ensuivra alors, la signature d’une convention fixant les engagements entre les deux parties. Un contrat de travail peut également être scellé entre les deux parties dans le cas où le salarié signe un contrat de prestation avec l’entreprise cliente.

La société de portage se rémunère en facturant les prestations du consultant au client. Elle reverse ensuite au salarié ce montant ôté des charges, des frais de gestions et de sa marge.

Quels avantages offre ce statut ?

Un salarié porté conserve une certaine sécurité par rapport aux statuts classiques d’indépendants. Il bénéficie ainsi des mêmes droits qu’un salarié : régime général de la Sécurité sociale, prévoyance, droit à la retraite, congés payés, une assurance chômage et même une mutuelle collective d’entreprise. Tout ceci en gagnant en souplesse puisqu’il aura le loisir de s’orienter vers des missions réellement motivantes pour lui.

Le statut de salarié porté réduit également les contraintes liées à la création d’une entreprise. Ainsi, il devient inutile de créer une structure juridique et de mettre en danger le patrimoine personnel en cas de défaillance. Le consultant se voit également décharger de nombreuses tâches administratives, souvent ennuyeuses et toujours chronophages. Il se dégage ainsi du temps supplémentaire qu’il pourra consacrer au réel développement de ses activités.

Le portage permet également de s’affranchir des horaires de bureau classiques. Le consultant bénéficie d’une totale flexibilité (en accord évidemment avec la société cliente). Il a ainsi le loisir de s’aménager des plages horaires qu’il pourra consacrer à d’autres activités (loisir, famille, développement d’une activité secondaire etc…).