Aucune entreprise n’est à l’abri d’un moment de grande turbulence, surtout lorsque cela se produit au niveau mondial. Il s’agit d’un grand défi pour tout manager, et dans ces moments-là, il est nécessaire d’adopter de nouvelles stratégies et de faire face à ce moment comme à une opportunité de croissance, dans la crise.

Il est vrai que de nombreuses entreprises ne peuvent pas surmonter ces ralentissements du marché, mais certains ajustements des processus et des politiques contribuent à minimiser l’impact des crises, à maintenir la solidité de l’entreprise et à promouvoir sa croissance.

Comme les doutes sont fréquents dans ces moments, cet article vous montre quelles sont les plus grandes difficultés des entreprises pendant la crise, ce qui peut être fait pour maintenir la croissance et quelles sont les dépenses que vous ne devez pas réduire pour ne pas nuire à votre entreprise.

Principaux défis de la croissance d’une entreprise pendant la crise

Les compétences du manager sont mises à l’épreuve en période de crise, lorsqu’il est nécessaire de s’adapter pour maintenir l’entreprise sur le marché et assurer son expansion. On ne peut nier que plusieurs défis doivent être relevés, tels que ceux énumérés ci-dessous :

  • L’insécurité

Voir plusieurs entreprises fermer leurs portes à cause de la crise provoque beaucoup d’insécurité, mais il faut la maîtriser pour pouvoir prendre des décisions justes et ajuster les stratégies. Il est nécessaire de pratiquer l’intelligence émotionnelle et d’aiguiser la vision innovante pour trouver de nouvelles opportunités.

  • Facteurs financiers

Pendant une crise, les coûts de l’entreprise restent les mêmes, et peuvent même augmenter. C’est pourquoi il est assez fréquent que plusieurs portes se ferment en raison de difficultés financières, ce qui fait que les entrepreneurs se retrouvent, souvent, endettés.

  • Maintien des activités

Se développer pendant la crise peut, également, être difficile pour de nombreuses entreprises en raison de l’impossibilité de maintenir leurs activités, ce qui est aggravé par la situation de quarantaine due à la pandémie de coronavirus. Il est nécessaire de se réinventer pour continuer à produire d’une manière qui soit adaptée aux exigences de la nouvelle réalité.

8 mesures pour la croissance de l’entreprise pendant la crise

On ne présente que quelques-uns des différents défis que les entrepreneurs rencontrent pour se développer dans la crise, même si chaque segment rencontre des problèmes différents, de même que chaque organisation a ses propres particularités.

Pourtant, vous pouvez développer votre activité en profitant de cette nouvelle phase pour trouver des opportunités différentes sur le marché et changer la façon dont votre entreprise fonctionne. Voici quelques mesures très efficaces pour survivre aux difficultés du moment.

  1. Définir une différentielle

En temps de crise, plus que jamais, vous devez faire les choses différemment de la concurrence. Le public doit percevoir que votre entreprise offre quelque chose de plus, qui ne se trouve pas ailleurs. Il est, donc, essentiel d’étudier le marché, ses besoins, ses demandes et ses concurrents pour définir un différentiel.

  1. Adapter les routines

Il sera, également, nécessaire d’adapter les routines au moment. En cas de quarantaine, le travail en système de bureau à domicile permet de maintenir la productivité et de minimiser les coûts opérationnels. D’autres ajustements doivent, également, être effectués pour assurer le fonctionnement de l’entreprise.

  1. Explorer de nouveaux marchés

Il est peut-être aussi temps de mettre en place de nouveaux projets afin d’explorer différents marchés. C’est le cas de la collaboration avec le système de livraison ou de l’ouverture d’un commerce électronique. Parfois, vous pouvez même penser à développer un nouveau produit ou service ou à l’adapter à un public différent, entre autres solutions pertinentes pour votre secteur d’activité.

  1. Établir des partenariats

Surtout lorsque les crises frappent plusieurs entreprises, l’unité entre elles fait toute la différence. Par conséquent, vous pouvez établir de nouveaux partenariats pour donner du soutien et recevoir du soutien afin de gagner plus d’audience, par exemple par des remises spéciales pour les clients partageant les mêmes idées ou par recommandation.

  1. Renégocier les contrats

Essayez de renégocier les contrats tant avec les clients qu’avec les fournisseurs et les sous-traitants. Dans le premier cas, pour ne pas perdre sa clientèle ; dans le second, pour réajuster les services offerts aux nouveaux besoins de l’entreprise et, par conséquent, réajuster les valeurs, en préservant les finances.

  1. Gérer les clients

Le moyen idéal de se développer en période de crise est de toucher davantage de personnes. Toutefois, n’oubliez pas de préserver les anciens clients. Pour cela, faites en sorte que la gestion de ces derniers travaille efficacement l’après-vente. Accordez de l’attention à ces personnes qui ont, déjà, acheté chez vous et encouragez de nouveaux achats, par exemple par des promotions ou des remises spéciales.

  1. Réduire les dépenses superflues

La réalisation d’une analyse interne est une autre mesure importante en cas de crise. Après tout, vous devez connaître la situation réelle de votre entreprise pour décider des meilleures décisions à prendre. Passez en revue toutes les dépenses et tous les comptes pour vérifier ce qui peut être réduit et améliorer votre trésorerie pour investir dans la croissance.

  1. Les dépenses qui ne doivent pas être réduites

On a parlé de la réduction des coûts comme d’une stratégie importante pour se développer dans la crise. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une période difficile pour l’ensemble de l’entreprise, et notamment pour les employés. On doit, donc, les prendre en considération également.

Les incertitudes et les insécurités sont partagées avec votre équipe. Pour cette raison, l’idéal est de repenser l’organisation, mais sans que cela entraîne des pertes pour les employés. Ainsi, certaines dépenses de l’entreprise ne peuvent être réduites, même si, en fait, il s’agit d’investissements.